Retour sur : "Les 20 ans du Sociographe" (31/01/2020 IRTS Montpellier)


L’occasion des 20 ans de la revue Sociographe a permis la rencontre de 80 à 100 personnes : éditeurs, responsables de revues, membres de réseaux, personnels d’écoles de travail social, indépendants, associations, étudiants, indépendants, personnels d’administrations en fonction ou retraités. 

IMG 20200131 140046  P1080012  P1080051  IMG 20200131 140004 

 

 

 

 

 

 

P1080008

 IMG 20200131 150101

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De nombreux stands ont permis de montrer l’actualité et la vitalité des productions dans le champ du travail social : Éditions Législatives, Érès, Champ Social, Céméa, Injep, Cnam, Pjj et bien sûr le Centre de ressources documentaires de l’IRTS de Montpellier. Venus de Belgique : les éditions De Boeck et la revue l’Observatoire.Après l’accueil chaleureux et attentionné de l’IRTS de Montpellier, le président de l’association et le directeur de publication du Sociographe ont ouvert la journée. Un bref historique de la revue puis un exposé brillant de la diffusion des publications dans le champ social ont montré tout le dynamisme de notre secteur.  Après quoi, ont été interrogés les nécessités et enjeux que peut avoir notre champ professionnel à rendre publiques et visibles ses productions littéraires et intellectuelles. Autour d’un déjeuner, les échanges se sont poursuivis de façon informelle permettant les rencontres au gré des affinités. Les 6 personnes de la table ronde de l’après-midi ont montré l’importance de tous les acteurs et toutes les étapes nécessaires à ce qu’une publication puisse arriver dans les mains d’un lecteur : faire écrire, donner les éléments d’étayage d’un écrit ; trier, anonymer, classer ; expertiser et orienter ; éditer puis diffuser une publication. Enfin, et non sans quelques traits d’humour, la conclusion a permis de montrer que cette rencontre, si elle avait un intérêt d’ouvrir sur l’échange de pratiques des publications fort peu accoutumées à l’exercice, elle n’aurait de véritable intérêt que si elle suscite une poursuite de ce travail et qu’elle permet des contacts ailleurs qui débouchent sur de nouvelles initiatives.
Guy Noel pasquet, coordinateur du Sociographe